Tout comme chez les humains, l’obésité du chat est une vraie maladie qu’il convient de prévenir et de bien traiter. Les conséquences de l’obésité peuvent être fatales à un chat, en amoindrissant sa qualité de vie.

Il est toutefois relativement facile de gérer le poids de son matou car en France, 1 chat sur 2 est en surpoids et 1 chat sur 5 est obèse. Des chiffres qui ont doublé en 10 ans !

Suite et fin de notre focus sur le surpoids et l’obésité chez le chat ! (et si vous avez manqué le premier épisode, c’est par ici).

Que faire pour entreprendre un régime ? 

Premièrement, on consulte son vétérinaire. Pas question d’entreprendre une perte de poids “maison” avec des aliments aléatoires. Le vétérinaire pourra alors effectuer un examen très clair de votre animal et mettre en place un protocole personnalisé.

Cet examen préliminaire permet d’établir généralement l’origine ou la cause de son surpoids ou obésité.

Une fois le protocole de régime établi par le vétérinaire, il faudra être soucieux de le mener à bien, et surtout de le prolonger dans le temps. Pas question de faire reprendre quelques kilos à minou une fois sa taille svelte revenue. Un régime peut être très long.

Dans les cas les plus stricts, des croquettes ou de la nourriture “perte de poids” ou “obésité” sera préconisée sur une période définie qui ne doit pas dépasser quelques mois. Elle permet une perte de poids visible, sur le long terme.

Cette phase est suivie d’une période de stabilisation avec du “Light”, “Neuteured” ou “Diet”. Ces derniers types de nourriture aident les chats à garder leur poids stable, mais pas à perdre du poids. 

En réduisant progressivement la quantité, en optant pour de la qualité et des aliments diététiques adaptés, vous mettez toutes les chances du côté de votre chat !

Comme pour les humains, la perte de poids doit se faire dans la durée pour éviter une reprise trop rapide et ne pas traumatiser l’organisme du chat.

La perte de poids doit être de l’ordre :

  • de 10g à 40g par semaine
  • soit environ 100g par mois
  • soit 10 à 20% de son poids sur une année

    L’alimentation en ligne de mire

    Pour vous aider dans la longue phase de perte de poids, n’hésitez pas à peser rigoureusement et à emballer les doses de croquettes dans des pochons individuels.

    Attention, pas de dosage maison ! Seuls les conseils du vétérinaire permettent de fixer un objectif sain et approprié à votre animal. 

    Ainsi, une fois un grammage journalier de nourriture défini, vous pouvez la distribuer dans des gamelles anti-gloutons ou dans des balles à friandises, type Pipolino par exemple. Exercices assurés !

    Distribuez la nourriture par petites doses plusieurs fois par jour afin de stimuler l’autocontrôle alimentaire du chat. Les gamelles programmées peuvent distribuer des petites portions de nourriture à des heures données.

    La nourriture humide a également un bon pouvoir rassasiant. N’hésitez pas à alterner. Comme vous pouvez le constater, de nombreuses solutions existent

    Une alimentation mixte entre aliments secs et humides peut être mise en place. Les pâtées ont un pouvoir rassasiant plus grand, en plus d’apporter une meilleure hydratation. L’astuce consiste aussi à mélanger la nourriture avec de la courgette ou des haricots verts cuits à l’eau (sans ajout de matière grasse bien sûr !). Riches en fibre, ces légumes tolérés par le chat augmenteront le volume de la nourriture sans augmenter l’apport calorique. Satiété express au menu !

    Pesez votre chat 1 à 2 fois par mois, notez sa courbe de poids dans son carnet de santé. Attention à ne pas l’affamer ou lui faire perdre du poids trop vite.

    Le suivi post-régime est également à suivre avec attention pour éviter une récidive. Une pesée tous les mois vous permettra de suivre l’évolution de son poids. On évite les friandises ! 

    L’activité comme remède miracle

    Un régime pour chat est très long. Il peut s’installer sur plusieurs mois, voire des années, pour ne pas traumatiser son organisme déjà très sollicité.

    En parallèle, de l’alimentation, la pratique d’une activité physique est primordiale. Il faut augmenter progressivement sa dépense énergétique tout en préservant la masse musculaire.

    Jouez avec votre chat fréquemment, motivez-le à bouger. Pulvérisez ses jouets favoris avec un spray à base d’herbe à chat, vous verrez, c’est magique !

    Laissez-lui des jouets à volonté pour qu’il s’amuse de lui-même et surtout, faites des alternances hebdomadaires avec les jouets pour qu’il n’éprouve pas de lassitude.

    N’oubliez pas qu’un gros chat se fatiguera très vite et que son coeur peut être mis à mal. Mieux vaut plusieurs petites sessions de jeux qu’une seule exténuante, dont il gardera un mauvais souvenir physique.

    Au-delà du jeu, son environnement peut être source d’activité physiques secondaires ! Un arbre à chat lui permettra de se mouvoir et de faire de l’exercice en l’escaladant. L’idée est de l’agrémenter de bout de ficelles, de plumes, de balles suspendues par exemple pour qu’il soit stimulé. Un mur d’escalade ludique peut être installé chez vous si votre surface le permet.

    Comme évoqué précédemment, les jouets distributeurs de nourriture permettent au chat de pratiquer une activité stimulante, tout en le nourrissant au compte-goutte ! 

    Un chat qui a accès à l’extérieur est moins sujet au surpoids car il se dépense bien plus. Pour les chats d’intérieur, pourquoi ne pas tenter l’aventure de la laisse ?

    D’autres solutions existent pour les cas extrêmes d’obésité, comme les tapis roulants. Laissez libre court à votre imagination pour vous amuser avec votre chat et que ce soit également un moment de partage !

    Si malgré tous vos efforts, votre chat ne maigrit pas au bout de quelques semaines, ne tardez pas à consulter votre vétérinaire, il s’agit peut-être d’une autre maladie.

    Trouver du temps à accorder à l’activité du chat, s’y maintenir n’est pas forcément simple. Pourtant, c’est essentiel et avec force d’astuces, il est possible de maintenir une activité physique tous les jours pour son chat !

    Pour conclure

    L’obésité et le surpoids se résolvent la plupart du temps, mais il est primordial de bien analyser en amont pourquoi le chat a grossi afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs par la suite.

    La durée d’un régime se prolonge sur plusieurs mois pour un amincissement progressif et la stabilisation de son poids idéal. Ne vous découragez pas ! C’est pour la bonne santé de son chat qu’il faut se battre !

    A travers la série de photos suivantes, vous verrez que l’amincissement d’un chat est gratifiant !

    Un bilan vétérinaire, changer et adapter l’alimentation, stimuler l’activité physique, réduire le stress et l’ennui, mettre en place des auto-contrôles alimentaires, tout est en place pour que minetchat retrouve la ligne !