Vous êtes-vous déjà aventurés à lire la composition analytique de vos croquettes (enfin, celles de votre chat) ? Écrites en tout petit, données peu lisibles et compréhensibles, vocabulaire nébuleux, à quoi correspondent donc tous ces termes ? Laissez-nous vous éclairer à travers une nouvelle série “Alimentation” sous forme de glossaire  !

Au menu du jour : la taurine. Mondialement connue pour être utilisée dans les boissons énergisantes humaines et souvent considérée à tort comme un excitant, son rôle est pourtant très important pour le métabolisme du chat, qui n’en produit pas suffisamment par lui-même.

C’est quoi la taurine ?

Injustement qualifiée d’acide aminé, la taurine est un dérivé de 2 acides aminés soufrés (la méthionine et la cystéine). Il est plus juste de la qualifier d’acide aminé «semi-essentiel». 

La taurine a été découverte en 1826 par 2 scientifiques allemands dans de la bile de taureau, d’où son nom issu du latin “taurus”. Son vrai petit nom est “acide 2-aminoéthanesulfonique”.

Par la dégradation de la taurine dans le foie du chat, conjuguée à l’action des acides biliaires, cet ensemble permet la digestion et l’absorption des lipides.

C’est pour cette raison que la taurine est considérée comme essentielle pour le chat. D’autant plus que Minet perd bien plus de taurine que les autres animaux, justement parce que la formation des sels biliaires ne se font qu’avec la taurine chez lui !

La taurine est présente dans les protéines animales comme la viande rouge (bœuf, agneau), les poissons (maquereau, saumon) ou crustacés et se trouve abondament dans les muscles, le cerveau et le foie.

Quel est son rôle ?

Les actions de la taurine sont nombreuses sur le métabolisme du chat.
Outre l’absorption des lipides, c’est un neurotransmetteur qui intervient dans les bonnes fonctions cardiaques et musculaires. Elle régule la température corporelle, permet le développement des animaux en période de croissance, a une action certaine sur le sens de l’odorat et de la vue, renforce le système immunitaire, agit comme un antioxydant pour les cellules, intervient dans l’élimination rénale de l’acide urique et du sodium, pour ne citer que ses plus nombreux bénéfices métaboliques. 

La taurine est notamment un fixateur de magnésium et de zinc, qui favorise le tonus musculaire et surtout permet une meilleure récupération après un effort en éliminant l’acide lactique. Indispensable donc pour nos petits chasseurs  !

Pourquoi le chat a-t-il besoin d’un apport de taurine ? 

Tout d’abord, comme pour de nombreux acides aminés, le chat ne produit pas lui-même suffisamment de taurine de manière endogène. Pour subvenir aux besoins de son organisme, un apport exogène est nécessaire. Ainsi, à travers son alimentation, le foie du chat peut synthétiser suffisamment de taurine.

On estime à 500 mg la dose journalière requise pour un chat adulte, davantage pour les femelles gestantes et les vieux chats. 

Le chat étant un carnivore strict, il comble ses besoins nutritionnels en acides aminés à travers l’ingestion de proie quand son organisme n’en produit que peu ou pas.

La taurine dans l’alimentation du chat

Comme évoqué précédemment, la taurine est présente dans les protéines animales uniquement.

Les protéines d’origine végétale en sont quasi dépourvues, sauf pour quelques rares plantes, fruits et champignons. Les régimes végétariens et végétaliens sont donc à proscrire.

Concernant les aliments industriels pour chats, humides ou secs, tous contiennent un ajout de taurine pour pourvoir à la dose quotidienne. En observant attentivement la composition analytique des aliments félins, on remarque que la dose de taurine varie en fonction du type de régime, d’âge, etc. 

Il faut aussi relever que plus une alimentation est composée de viande fraîche, moins de taurine est ajoutée !

On trouve dans le commerce de nombreux compléments alimentaires à base de taurine, ou bien de la taurine en poudre.

Sachez que l’alimentation humide ou sèche pourvoit tout à fait à sa dose journalière. Soyez donc prudent quant à l’ajout de complément alimentaire et demandez conseils à votre vétérinaire.

Attention, la taurine est détruite par la chaleur et la cuisson des aliments.

A noter que les aliments pour chiens n’en contiennent pas ! Vigilance donc si Minet pioche uniquement dans la gamelle de Médor !

Carences et excès

Comme pour tout, les carences ou les excès de taurine sont néfastes pour l’organisme du chat. 

Les carences sont très difficilement détectables car leurs effets ne sont pas immédiats. C’est plutôt au bout de plusieurs mois de carence que l’on peut constater des faiblesses motrices, des troubles du comportement (apathie, agressivité), et plus insidieusement des dégénérescences irrémédiables cardiaques, musculaires ou oculaires.

Des troubles de la reproduction peuvent apparaître et impacter le développement des foetus. 

Certes, les carences sont rares, mais elles existent. Seul un vétérinaire pourra l’affirmer par analyse sanguine et mettre en place une supplémentation adaptée à la posologie et l’état du chat. 

Pour permettre simplement à un chat de pourvoir à ses apports journaliers de taurine, il suffit d’opter pour des aliments, secs ou humides, à base de protéines fraîches et animales. Des aliments hauts de gamme apporteront des protéines de très bonne qualité et il n’est généralement pas nécessaire de supplémenter son alimentation.

De plus, si votre chat est un fin chasseur, il trouvera tous les acides aminés nécessaires dans ses proies.

Croyance populaire

La croyance populaire, en partie dûe à la fameuse boisson pour humains au logo de taureau, nous fait croire que la taurine est un excitant. Ce n’est pas le cas. Dans cette boisson, seule la caféine est un excitant cardiaque. La taurine, elle, a un rôle stimulant sur les cellules du cerveau qui commandent les mouvements mais aussi un rôle sur la récupération musculaire.

Et comme on n’est jamais trop  prudent, on ne donne pas cette boisson à son chat !

Et il est important de noter que la taurine est bien extraite de la bile de taureau ou de bœuf, et non de leurs testicules (l’image de virilité du taureau ayant entraîné cette croyance populaire ?).

Pour conclure

La taurine est suffisamment présente dans les aliments pour chats et éviter une complétion.
Un animal bien nourri, en bonne santé, n’en aura pas le besoin. Selon l’âge ou la période de la vie, un apport peut être conseillé après avis du vétérinaire.

La taurine est donc indispensable pour un chat. 

Et si vous souhaitez en savoir plus sur l’alimentation des chats, n’hésitez pas à consulter nos articles sur les protéines, les lipides ou la L-carnitine par exemple !